Humeur
16 commentaire(s)

Natoo dans On n’est pas couché, ou le procès de Youtube par la télé

natoo on n'est pas couché

Pause. 3 minutes de vidéo et je suis obligé d’appuyer sur pause. Tellement je suis énervée, tellement c’est insoutenable. Je ne suis pas entrain de regarder une vidéo sur un abattoir ou, je sais pas, sur le harcèlement de rue. Je suis juste entrain de regarder l’interview de Natoo dans On n’est pas couché. Et tant de bêtise me donne envie de jeter mon ordi par la fenêtre.

Je n’ai plus de télé depuis 3 ans, donc je ne m’intéresse plus trop à ce qui s’y passe globalement. Et je ne m’en porte pas plus mal, bien au contraire. Mais comme tout le monde, je regarde en replay les contenus que les gens partagent sur les réseaux sociaux. Ils font le tri pour moi quoi.

Depuis quelque temps, le monde très fermé de la petite lucarne semble « s’intéresser » à ce qui se passe du côté d’internet. De Youtube très précisément. Fort à parier qu’ils n’ont jamais cliqué sur une vidéo de leur vie. Mais d’un coup ces millions d’abonnés dont ils ignoraient jusque-là l’existence se matérialisent dans la vie réelle. A travers de longues files d’attente en librairie ou au théâtre. Des rassemblements dans un parc ou sur l’esplanade du centre Georges Pompidou. Et du haut de leur tour d’ivoire, ils ne comprennent pas de quoi il s’agit. Alors du coup, ils les invitent en plateau, ces ovni qui ne passent même pas à la télé.

Ils ne font pas même pas l’effort que tout bon journaliste devrait faire, à savoir enquêter, se renseigner, préparer l’interview afin de poser des questions intéressantes et pertinentes à leurs invités. Non non. Ils considèrent que s’ils ne savent pas, personne ne sait. Donc passons plutôt 15 minutes à décortiquer le phénomène de foire, encore et encore, les yeux écarquillés, avec violence et dédain, comme si on autopsiait à vif un corps même pas mort.

Invités ? Non, convoqués pour se justifier

La première fois que ça m’a vraiment choqué, c’était pour l’interview de Marie Lopez, alias Enjoyphoenix, par Maïtena Biraben dans Le Supplément. L’animatrice assumait complètement d’accueillir quelqu’un dont elle ne comprenait pas le job, ni le succès. Soit. Mais le pire, c’est qu’elle n’avait visiblement fait aucun effort avant pour savoir de qui/quoi elle allait parler. Elle se contentait de souffler, avec un air faussement étonné qui camouflait à peine son mépris, enchainant les rictus nerveux en disant « et tout ça en montrant comment on applique du mascara… ? »

Je n’appellerais même pas ce moment de télé une interview tellement ça n’en était pas une. On ne peut pas appeler interview un échange où on demande uniquement à la personne en face de soi de se justifier. De quoi ? Pourquoi ? D’ailleurs, dans ce médiocre épisode de la télévision française, la seule personne que j’ai trouvée convenable avec l’invité, qui avait visiblement fait l’effort de se renseigner un minimum sur sa carrière, qui lui a témoigné sinon du respect mais au moins de l’intérêt, c’est Pierre Gattaz. C’est quand même comique.

Après, il y a eu l’épisode Cyprien et Squeezie au Grand Journal récemment. Les mecs font des vidéos depuis des années, on a parlé d’eux dans les plus grands médias, des articles intéressants ont parfois même été écrits pour décrypter et comprendre le « phénomène ». Mais non, ça ne suffit pas. Quand ils passent à la télé, on continue à les présenter comme si le monde les découvrait. Alors je sais, on va me sortir le couplet sur « madame-michu-qui-connait-pas-non-plus-youtube ». Mais Madame Michu elle ne connaissait probablement pas non plus Stromae. C’est pas pour ça que les animateurs passaient 15 minutes à le questionner sur la raison même pour laquelle il se retrouve invité ici et par eux ! Vous imaginez un peu « mais en fait Stromae, pourquoi vous êtes connu ? ».

C’est quand même dingue quand on y pense ! Quand un Youtubeur est invité sur un plateau télé, l’essentiel des questions qui lui sont posées consiste à lui demander pourquoi il est là. Et qu’il n’ait pas le malheur de répondre « parce que je suis Youtubeur et que je travaille sur tel ou tel projet » parce que ce n’est pas une bonne réponse. Parce qu’être Youtubeur, c’est incompréhensible. C’est pas un vrai truc, c’est pas un vrai métier. Alors on doute, on dissèque, on méprise.

On leur pose encore et encore les mêmes questions débiles. Sur l’argent, majoritairement. Pas sur ce qu’ils font vraiment, pas sur leur créativité. Non. On en est encore au « mais comment ça marche ? De toutes façons ça ne va pas durer. Du coup, la télé, c’est pour quand ? »

Parce que c’est bien connu, en dehors de la télé, rien d’intéressant ne peut exister.

J’en reviens donc à cette interview de Natoo, la plus fraîche de toutes et surtout la plus « intéressante » puisqu’elle cumule tous les travers les plus gerbants du traitement télévisuel d’un « phénomène du web ». Je précise que je ne donne aucun avis sur la qualité ou non du travail de Natoo sur ce projet. Là, on parle juste de l’interview.

« On en tient une »

C’est une petite phrase de Ruquier qui passe presque inaperçue, à la toute fin de l’interview. Au moment où Patrick Timsit essaye laborieusement de voler au secours de Natoo. Il sera le seul à dire quelque chose de constructif sur elle et son travail, quand Ruquier lui demande si « ça l’épate, tout ça » :

« Je l’ai feuilleté parce qu’on l’a reçu hier, je me suis vraiment marré. Ca me rappelle aussi ce genre de bouquin comme l’almanach de Jacques Chirac qu’avaient fait Les Guignols de l’info. C’est un truc, ça rit, c’est fort, c’est impeccable. Y’a du talent derrière, donc moi ça ne me choque pas du tout »

Ruquier acquiesce en assurant que « nonon il n’est pas choqué non plus », mais Timsit ironise en induisant que quand même, depuis le départ, l’interview est menée comme un grand étonnement global (pour ne pas dire autre chose…) sur le succès de Natoo.

Et c’est là que Ruquier sort la meilleure justification du monde, qui explique toute l’aberration de ces 16 minutes d’interview.

« On en tient une »

Une quoi ? Une star du Web. Et comme elle est là, elle va répondre pour tout le monde. Parce que Natoo n’est pas là parce que c’est Natoo, dans leur esprit, elle est invité comme représentante du jour des « phénomènes du web ».

Parce qu’on « essaye de comprendre cette folie sur internet », cette « notoriété un peu bizarre », comme dirait Léa Salamé. Sauf qu’ils n’essayent pas de comprendre. Ils jugent. Point barre. Ce n’est pas une interview, c’est un procès.

Youtube, cette grosse bande de potes irresponsables

Faire une interview quand on n’y connaît rien et qu’on a juste lu 3 fiches wikipédia avant d’entrer en plateau, c’est vrai, c’est casse-gueule. Mais comme on va juste parler à une gamine qui fait joujou sur le web, c’est pas bien grave, qu’on se le dise.

Par conséquent, il n’est pas du tout surprenant de voir s’enchainer les amalgames et les approximations au sujet des Youtubeurs. Qui font bien sûr tous la même chose. Qui sont tous hyper copains.

C’est donc tout naturellement que Léa Salamé se met à comparer Natoo aux Youtubeuses beauté. (Je ne m’étendrais même pas sur le mépris total qu’elle manifeste à l’égard de cette catégorie de Youtubeuses). Parce que c’est aussi sur Youtube, donc c’est pareil. Elle va même jusqu’à lui balancer avec un dédain incroyable « Enjoyphoenix, une de vos copines ». Parce-que-c’est-youtube-donc-c’est-pareil.

Alors oui, dans certains cas c’est vrai, ils sont potes. Mais dans l’imaginaire des intervieweurs, impossible de pouvoir considérer qu’ils se retrouvent autour du travail, pour bosser sur des projets communs, qu’ils se réunissent en collectif, comme des artistes, pour créer. Non. Comme c’est internet, comme ça a l’air d’être la grosse marrade, c’est juste une bande de potes qui fait joujou. Ca n’a pas de légitimité. Pire, ça fait n’importe quoi sans penser aux conséquences.

Tout naturellement donc, Léa Salamé se met à questionner Natoo sur le danger des réseaux sociaux, de l’exposition des enfants, les « fausses popularité ». Quel est le rapport avec Natoo, son travail, sa présence sur le plateau ? Aucun. Mais comme dit plus haut « on en tient une », donc on va tout lui foutre sur le dos.

On en revient toujours à la même chose : c’est sur Youtube donc c’est pareil. Dirait-on ça de n’importe quel autre média ? C’est au théâtre donc c’est pareil ? Est-ce que Léa Salamé irait demander à Richard Berry des comptes sur Dieudonné tout ça parce qu’il font du théâtre tous les deux ?

La pauvre Natoo qui garde son calme, honnêtement je l’admire.

La « critique » d’Icônne, ce grand moment de malaise

On commence doucement.

« 13,95 euros… c’est un peu plus cher qu’un magazine féminin quand même… mais c’est un « vrai » livre. »

Belle entrée en matière, belle façon de mettre l’invitée, visiblement pas habituée à l’exercice, à l’aise dans son fauteuil. Ca donne le ton de tout le reste de l’interview.

Place à Yann Moix, qui au départ semble un peu jouer le rôle du « good cop ». Il essaye laborieusement de dire que lui il a A-DO-RE, en lisant des passages qui, complètement hors contexte, tombent à plat comme une vieille bouse. Tout ça sous le regard consterné de sa voisine Léa Salamé (que j’aimais déjà pas beaucoup, mais là ça a fini de me convaincre).

natoo on n'est pas couché

Le passage sur la rubrique « ils auraient pu devenir célèbre » enfonce le clou. C’est d’une condescendance incroyable sur le « petit peuple ». En plus, ils en sont sans-doute très fiers parce que c’est le seul moment où ils sont vaguement sympa et intéressés par le travail de Natoo.

Ruquier décide ensuite de souligner que, quand même, c’est très potache, parlant de Natoo déguisée en Céline Fion. Puis Léa Salamé enchaîne

« ouais, c’est quand même très pipi caca hein… pas que, hein, mais c’est très… c’est très… très… »

Le dédain est total. MAIS DIS-LE SI T’AS TROUVE CA NUL ! ARRETE DE TOURNER AUTOUR DU POT COMME SI TU VOULAIS PAS VEXER UN GOSSE QUI A FAIT UN DESSIN MOCHE !

Puis elle tend un piège total à Natoo, en lui demandant expressément de lire des passages de sa rubrique « 15 choses qu’une femme doit être ou avoir selon Eric Zemmour ». Comme pour la séquence de départ, c’est pioché au pif, c’est hors contexte, ça tombe à plat, et tout le monde est visiblement très mal à l’aise, Natoo en tête.

Voilà, ça ne fait que 4 minutes de vidéo. J’ai déjà envie de tous les voir mourir lentement dans d’atroces souffrances. Mais ce n’est que maintenant qu’on va rentrer dans le dur.

L’obsession de « l’étape suivante »

« Est-ce que vous allez monter sur scène ? Non parce que là, vous vous faites connaître grâce à Youtube, grâce à internet. Là, l’étape suivante, c’est le livre en librairie… Norman là lui il est passé au One Man Show (…), c’est ce que vous avez envie de faire vous aussi ? »

Une phrase, 3 problèmes :

  1. Internet, évidemment ça ne sert QUE à se faire connaître. Ce n’est pas un vrai média, ce n’est pas un vrai métier.
  2. Il faut donc nécessairement une étape suivante, la fameuse « étape suivante » pour être vraiment crédible.
  3. Et on y revient : la comparaison à Norman. Parce FORCEMENT,  comme ils viennent tous les deux de Youtube, ils aspirent forcément aux mêmes choses.

A ce moment-là de la vidéo, je suis au bord de l’apoplexie. Et Léa m’achève avec LA question qui tue :

« Mais comment vous vous voyez vieillir ? Parce que vous allez pas faire des blagues sur Youtube à 50 ans je veux dire… »

Et pourquoi pas d’abord ? Ca t’est déjà venu à l’idée de demander à Gad Elmaleh s’il allait « continuer à faire des blagues jusqu’à 50 ans » ? Encore une fois, c’est le prisme Youtube qui bloque chez eux. Ils ne comprennent pas que ça puisse être possible. Ils n’ont aucune conscience du fait que la vidéo sur internet soit devenu un média à part entière. C’est affligeant de voir des gens, journaliste ou chroniqueur ou animateur ou « polémiste » (je déteste ce titre) être à ce point à côté de la plaque de toute une partie de la société.

Léa insite :

« Mais c’est quoi l’étape d’après ? »

Là, Natoo commence un peu à se défendre

« comment vieillir, mais j’en sais rien, vous savez vous comment vous allez être à… »

mais elle est coupée par Léa

« Nan mais vous, est-ce que vous avez prévu le moment où vous arrêterez ? »

Parce que forcément, c’est internet, c’est éphémère, ça ne peut pas être qu’un truc avec lequel on fait joujou 2 minutes avant de passer aux choses sérieuses.

Et bien sûr, quand Natoo essaye d’expliquer qu’elle n’a pas prévu ce succès et qu’elle n’en revient toujours pas d’être là ce soir, Ruquier rabâche encore :

« ah ben c’est l’étape suivante hein, c’est la télé, peut-être le cinéma… »

Parce que ça ne peut pas juste être internet.

natoo on n'est pas couché

Position de pouvoir et négation des faits

Vous pensiez avoir touché le fond ? Vous pensiez qu’on ne pouvait pas aller plus bas encore dans le dédain et le mépris et la condescendance ? Maaaais non, allez, on descend un étage de plus en abordant le fameux sujet du nombre de vues ! Je l’avais encore jamais entendue celle-là. Au moins, dans les autres interviews, même s’ils ne comprennent pas pourquoi et comment ces saltimbanques cumulent autant de vues et de popularité, ils avaient au moins la décence de ne pas les mettre en doute.

Mais Ruquier n’a peur de rien, il va essayer de faire la démonstration que ces chiffres, ces vues, ce nombre d’abonnés, ça ne veut absolument rien dire. Enfin démonstration… non, il va juste, du haut de son fauteuil d’animateur hyper connu, induire que finalement, tout ça, c’est sans doute du flan. TOUS les plus gros clichés vont y passer.

« Pardon, mais je voudrais qu’on relativise un peu tout ça. Ca veut dire quoi exactement. Vous par exemple vous avez un sketch à 9 millions de vues. Ca veut pas dire qu’il y a 9 millions de français qui vous connaissent ? »

« Et puis y’a ceux qui cliquent mais qui n’aiment pas. Parce que ça aussi, ça me fait toujours rire quand on nous donne des chiffres pareils hein, pardon, mais c’est pas que je veux minimiser votre succès parce qu’il est réel (…) mais ces chiffres dont on nous abreuve ne veulent rien dire. Quand quelqu’un achète un album, a priori il a vraiment envie de l’acheter (…) mais sur un ordinateur, c’est pas parce que vous avez 10 millions de personnes qui ont regardé la vidéo qu’ils trouvent ça formidable ou qu’ils vous aiment »

Le mec confond tout. Le fait d’être connu, la popularité, la légitimité, l’opinion, allez, tout ça dans le même sac, juste pour dire « au fond, vous n’êtes pas quelqu’un de si important ».

Alors, Laurent, laisse moi s’il te plait t’expliquer un truc. Le principe d’être connu, c’est un fait, un état dans un temps donné. On est connu ou on l’est pas. Le fait que les gens aiment ou n’aiment pas, ça fait partie du fait d’être connu. A aucun moment le fait que les gens n’aiment pas rend la personne connue moins connue ! Regarde, moi, par exemple, je ne t’aime pas. Est-ce que ça te rend moins connu ? Non. Et crois-moi ça m’embête. Ca te rend peut-être moins légitime, mais à partir du moment où y’a des gens, qui n’aiment ou qui n’aiment pas, qui continuent à regarder ton émission, et bien elle va rester à l’antenne.

Sans transition, on enchaine. L’argent. Léa, à toi.

« Y’a aussi la question de l’argent. Nan parce que tous ces gamins de 19 ans… »

Elle est coupée. Yann revient à la charge.

« Mais vous êtes payée au nombre de clics ? »

Yannou, tu crois pas que ton boulot ça aurait été de te renseigner sur le fonctionnement de Youtube AVANT de recevoir un Youtubeur, si vraiment c’est ça qui t’intéresse et que tu veux l’expliquer aux téléspectateurs ? Alors oui, c’est vrai que c’est une question intéressante, parce que c’est un nouveau média qui fonctionne de façon différente et que oui, madame Michu dans son salon a aussi sûrement envie de comprendre. Mais tu crois vraiment que Natoo va pouvoir t’expliquer le système très complexe du paiement via la pub sur Youtube en 30 secondes ?

Ca aurait pas dû être ton boulot de chercher l’info, la comprendre et la rendre compréhensible pour tout le monde avant d’enchainer sur de vraies questions qui concernent le travail de Natoo ? T’aurais pas plutôt derrière la tête l’intention de sous-entendre qu’ils sont quand même vachement payés pour pas grand chose, ces grands gamins qui ne font même pas de la télé ? Et bien oui, on y arrive…

« si ça se trouve il y a des ordinateurs et des robots qui cliquent des millions de fois pour faire en sorte que vous ayez des pub (je pense qu’il voulait dire « revenus pub ») ».

Tellement de facepalm, je suis à deux doigts de la commotion cérébrale. Ben oui hein, youtube, c’est bien connu, c’est une petite entreprise qui ne contrôle absolument rien, qui vend de la pub n’importe comment, grâce à une fausse exposition contrôlée par des robots. OUI MAIS C’EST BIEN SÛR. Natoo le renvoit direct dans ses 22 en lui expliquant que Youtube contrôle tout. Mais il est pas convaincu le Yannou. Il continue, avec un air hyper sérieux :

« comment on fait pour distinguer un doigt d’une machine ? »

Nan mais t’as pas dû bien comprendre mec, Natoo, elle est artiste sur Youtube, elle travaille pas au service informatique de la boîte hein. (mais c’est internet c’est les ordinateurs c’est pareil). Je te demande moi si tes audiences dans On n’est pas couché, calculées sur un échantillon de personnes de façon totalement obscure, elles veulent dire quelque chose pour les annonceurs ? C’est pathétique et tellement affligeant d’ignorance. Voir ça dans une émission extrêmement regardée (enfin, selon médiamétrie…), ça me fout en l’air.

natoo on n'est pas couché

Léa Salamé, qui n’arrive toujours pas depuis 10 minutes à avoir sa réponse sur « l’argent et les gamins de 19 ans » revient sur le ring. Y’a un truc qui connecte pas, ça a l’air du lui poser un problème, comme si ça faisait pas partie de son spectre de compréhension. Elle a un bug, elle ne pose même pas de vraie question d’ailleurs, à part combien Natoo gagne-t-elle.

Là, ENFIN, Natoo finit par expliquer que oui elle gagne très bien sa vie, mais qu’elle bosse dure pour ça et qu’elle fait le métier d’auteur, comédienne, monteur. « Ouais, enfin sauf qu’on est des artistes un petit peu… » lâche-t-elle un chouilli-chouilla agacée lorsqu’on la compare, elle et ses amis Youtubeurs, à « Mickey, mais en vrai ».

Mais ça n’a pas l’air de plus les convaincre. Oui, ce qu’elle fait « n’est pas du tout amateur ». Mais qu’on gagne autant d’argent avec, ça pose un problème. On se saura pas pourquoi, il n’y a aucune argumentation réelle, mais ça LEUR pose un problème. C’est tout. Donc c’est que ça doit pas être normal.

Et là ils commencent tous à plus trop rigoler…

« vous n’avez même pas l’impression de vous rendre compte de ce que c’est, ces chiffres »

L’air devient sévère, et tout y passe, les dangers de l’exposition, de la célébrité, rien en rapport avec le travail de Natoo, uniquement des questions sur la légitimité à être là.

On en a rien à foutre de son travail, nous, on veut parler de Youtube, on veut vous entendre dire que vous gagnez votre vie à rien foutre grâce à des pubs vues par des robots ou par des gens qui ne vous aiment pas. Parce qu’on ne peut pas imaginer que votre média soit réel.

Et le final, la chute, merveilleuse, quand les membres du studio Bagel apparaissent à l’écran.

« C’est le Gorafi ? » Silence. « Nan ? C’est pas le Gorafi là le mec en haut à gauche ? ».

Léa Salamé est entrain de parler de Monsieur Poulpe. Voilà.

« On est complétement larguée, hahaha, on est vieux, hahaha ».

Et bien ma chère, c’est le seul truc a peu près sensé qui est sorti de ta bouche dans cette interview.

Edit du 11/11/15 :

J’ajouterai juste une dernière chose : si c’est vraiment la rémunération des Youtubeurs qui vous intéresse et que c’est pour cette raison que vous avez invité Natoo, les gars, vous êtes à côté de la plaque avec vos questions. Parce que oui, les Youtubeurs ne sont pas tous de gentils petits saltimbanques, il existe(rait) des pratiques pas jolies jolies. Mais elles n’ont rien à voir avec la rémunération Youtube. Vidéos sponsorisées cachées, placements produits pas assumés, et j’en passe, oui, ça c’est un vrai sujet qui vaut le coup qu’on s’y arrête deux minutes.

C’est même carrément un sujet tabou, un véritable secret de polichinelle. Tout le monde le sait, mais personne ne veut/peut en parler. A tel point qu’au premier festival Vidéo City qui réunissait tous les plus grands Youtubeurs à Paris les 7 et 8 novembre, certains journalistes affirment avoir reçu pour consignes de ne jamais poser de questions sur l’argent… pour plus d’information à ce sujet, je vous invite à lire l’article de Buzzfeed, « Chers Youtubeurs, nous n’avons rien contre votre argent, mais… »

Je n’avais pas parlé de cette question dans la première version de l’article parce que ce n’était pas vraiment le sujet, mais à la lecture de certains articles et commentaires, je me suis dit que c’était quand même intéressant de mettre ce point en lumière. Même si n’enlève rien au fond de mon article : cette interview de Natoo est une vaste blague menée par des crétins qui n’y connaissent rien, sont totalement irrespectueux du travail de cette artiste et ne savent même pas accomplir le b-a ba du travail pour lequel ils sont payés des milliers d’euros. Voilà.

Youtubeurs, rebiffez-vous !

Dans tout ça, y’a quand même un truc qui me chiffonne. Les Youtubeurs ne savent pas se défendre. Pas une seule fois je n’ai vu l’un d’entre eux se rebiffer, avoir une répartie correcte quand on les attaque frontalement. Est-ce dû au direct, à la violence des propos qui les laissent sans voix, à un manque de média training ? (car oui, tous les gens que vous voyez en plateau, politiques, acteurs, etc, sont tous média trainés. C’est aussi pour ça que les émissions de divertissement ont l’air si fadasse)

Globalement, j’ai plutôt vachement d’empathie pour eux, entendons-nous bien. Comme l’ont déjà souligné pas mal d’articles, notamment celui de Rue89, le traitement médiatique qu’on confère aux Youtubeurs tient plus du mépris de classe que du travail journalistique. C’est presque même aussi violent que le harcèlement scolaire. Et ça, c’est vraiment, mais vraiment, dégueulasse.

Mais j’ai aussi envie de dire aux Youtubeurs : rebiffez-vous ! Défendez-vous ! Je suppose que pour la plupart d’entre vous, vous n’en avez rien à foutre de ce que la télé peut penser de vous, et je suppose aussi que la plupart du temps, ce n’est pas même vous qui décidez de vous pointer sur un plateau. Mais quitte à le faire, ayez la même impertinence devant ces ignorants que celle qui vous a permis d’être là où vous en êtes aujourd’hui.

Sérieusement, faites-le, il y va de ma santé mentale.

 

 

16 Comments

  1. Je ne regarde pas spécialement ONPC mais j’ai quand même pris le temps de regarder la vidéo et je suis également consternée ! C’est juste incroyable qu’ils puissent rabaisser autant le métier de Youtubeurs ! Des personnes qui regardent mais qui n’aiment pas et des ordinateurs qui cliquent pour lancer les vidéos ! ! Non mais sérieusement ! J’ai eu l’impression qu’on avait invité Natoo pour la descendre, pour lui faire perdre en légitimité ! ! Mais comme tu dis, elle n’a pas su se défendre et c’est vraiment dommage ! Franchement, moi, j’aurais explosé ^^

  2. Ton article est bien construit et reprend bien tout ce qui m’a aussi agacé !
    Moi qui trouvait cette émission bien faite à ses débuts, j’ai comme l’impression aujourd’hui que les gens sont invités pour se justifier, comme tu dis ! Fin bref, on a l’impression qu’ils comparent youtube à la téléréalité, au premier « Loft », à des bêtes de foires, à une mode de d’jeunz qui ne durera pas. Lol.
    Ils méprisent internet, l’avenir de la télévision, le média dont ils s’excluent eux-même.
    Bisous.

  3. Ce qui me fait peur, c’est qu’en plus, j’ai l’impression que Youtube se rapproche de la tv avec d’autres types de videis youtube qui sont semblables a des emissions a la tv… la par contre, ces memes juge savent tres bien de quoi il en ressort puisque ces videos ont le mele but que la tv mais pour attirer les spectateurs de youtube. Cela détruit l’interet de youtube et la liberté que l’on y cherche en tant que youtubeurs.

  4. Eh beh ! Déjà merci pour ton article car je n’avais pas vu cette « interview » et deuxièmement je trouve ton article vraiment intéressant et bien plus constructif que ces questions bidons autour de Natoo. J’ai été déjà déçue de « On n’est pas couché » où encore une fois ces « journalistes » lançaient des pics débiles à Orelsan.. Mais la p*tin ( excuse-moi du mot ) je ne relève pas le nombre de fois où j’avais envie de les claquer ! ! Léa Salamé est dédaigneuse à en énerver plus d’un, on ressent bien la condescendance de madame et ses questions et affirmations sont à côté de la plaque. Ça ne s’intéresse qu’à la partie superficielle de Ytbe et souhaite juste mettre en avant la paie des Ytbeurs; quand tu dis « On en a rien à foutre de son travail, nous, on veut parler de Youtube, on veut vous entendre dire que vous gagnez votre vie à rien foutre grâce à des pubs vues par des robots ou par des gens qui ne vous aiment pas. » c’est totalement ça et c’est vraiment honteux d’être si idiot et méprisant. En tout cas article bien construit, j’ai pris plaisir à le lire même si le sujet m’a quelque peu énervée^^

  5. Merci pour cet article !
    Perso, ce que je trouve le pire dans ce phénomène, c’est que pas un seul « adulte », qui pourtant comprend bien les difficultés actuelles pour les jeunes, n’encourage ce que font les blogueurs, youtubeurs, parfois très jeunes. Franchement, se mettre à bosser avant ses 20 ans, avoir un revenu, et pouvoir espérer vivre de sa passion, ça leur fait tant chier que ça ???
    Au délà de l’incompréhension, de l’ovni qu’est Internet, cette vieillissante génération n’encourage pas les jeunes à développer leur talent, quel qui soit et ça, ça me tue.

  6. J’suis bien emmerdée pour commenter… Soit je fais 15 pages, soit 5 lignes. Et n’ayant ni le temps ni l’envie de te relouter d’un pavé indigeste, on va prendre l’option 2 et je n’aurais donc pas la place de reprendre et applaudir chaque phrase qui m’a plu. Juste dire, j’ai vu récemment Squeezie chez Hanouna, bah l’émission a certainement plein de défaut mais ça faisait du bien de voir pour une fois un Youtubeur traité comme les autres invités habituels de l’émission !

  7. Et le plus cocasse, c’est que l’émission est dispo sur la chaîne YouTube de on n’est pas couché ! La blague en fait…

  8. J’ai visionné deux fois la vidéo (avant et après ton article) et je n’ai toujours pas compris la raison de tant de rancœur envers ONPC suite à la venue de Natoo. Ruquier a décrit le livre tel qu’il était : une copie ironique d’un magazine féminin et qu’il coûte plus cher puisque c’est un livre. Ils ont tous admis que c’était assez marrant et léger, de l’humour assez informel. Et la seconde partie, si j’ai bien saisi, interrogeait le phénomène.

    Je ne regarde pas tous les ONPC, mais cela ne m’a pas surpris que Léa Salamé pose des questions qui mettent mal à l’aise l’invité puisque c’est son rôle d’avoir un avis critique.

    Youtube est un média, certes. Mais la machine Youtube fonctionne sur la rémunération et la starification de personnalités qui font le buzz et ramènent de l’argent par le clic et les vus des pubs. Cela bouleverse un peu le cheminement classique de la consommation : ici on fait gagner de l’argent même à des propos auxquels on n’adhère pas. C’est à dire que si le petit facho était marrant et avait des vidéos bien foutues il pourrait avoir un revenu conséquent même si les gens regardent la vidéo sans aimer, juste pour s’informer ou car d’autres en auraient parlé.

    Pour en revenir à Natoo, hormis le fait qu’elle n’ait pas grand chose à dire puisqu’elle n’a pas suivi de media training, le traitement n’a pas été au final plus méprisant qu’un autre. Peut-être ce sentiment est-il venu parce que c’est une personne comme toi et moi qui s’est pointé sur le plateau et a dû affronter des dinosaures des médias, et c’est aussi cela qui a probablement créer ce sentiment de décalage et de fragilité.

    Franchement je ne sais pas, je suis de la même génération que vous autres, je regarde aussi Youtube, j’adore Cyprien notamment, (même si j’accroche moins à l’humour un peu plat de Natoo, question de goût), et j’ai beau visionné deux fois la vidéo, je ne saisi pas où est le mal et la plupart des propos que tu as cité, si à l’écrit ils paraissent agressifs, lorsqu’ils ont été formulés, ce n’était pas le cas, ils étaient professionnels. J’ai l’impression qu’on est plus face à un conflit générationnel où les jeunes ont l’impression de ne pas se sentir reconnus car pas invités sur les médias traditionnels, assez paradoxal. Comme si finalement il fallait passer par la TV pour confirmer un statut. Alors que forcément ce sont des « stars » d’internet et de Youtube, et non de TF1 ou M6 ou autres chaînes, donc forcément ils sont plus populaires via leurs propres réseaux de diffusion.

    Au final, pourquoi, vous, avez-vous interpréter ce passage comme méprisant?

  9. Tellement d’accord, il n’y a pas d’analyses ou décryptages dans les interviews de youtubeurs (et je dirai pas que dans ce genre d’interviews). Je n’ai pas l’impression que le petit monde de la télévision se rend compte que de nouveaux métiers apparaissent, qu’internet a changé la donne pour beaucoup de choses !
    Merci pour cet article, j’avoue que j’ai ressenti le même énervement que toi en visionnant la vidéo.

  10. Bravo, bravo et encore BRAVOOOOO. Ces « interviews » sont scandaleux. Ils se disent journalistes mais ne font même pas un minimum de recherches sur le sujet et surtout, sur la personne en face d’eux. Celui de Marie dans Le Supplément m’avait déjà énervée mais alors celui de Natoo, c’est la goutte d’eau! Et tu as raison, il faudrait vraiment que les youtubeurs profitent d’être sur des plateaux TV pour se défendre et surtout, défendre leur métier. Parce que oui, c’en est un.
    Je partage sur twitter 🙂

  11. Super super article ! Tu mets le doigt sur ce que j’ai pensé quand j’ai regardé l’émission, mépris, condescendance, c’est insupportable et elle a été très patiente la Natoo !
    Pourtant je suis moi-même animatrice à Radio France (coucou Léa 🙂 ) et journaliste indépendante ET blogueuse et t’inquiètes pas nous sommes de plus en plus nombreux à remettre en question de journalisme qui n’en est pas( ACRIMED, Arrêt sur image entre autres). D’ailleurs j’avais il y a peu fait exactement le même article que celui que tu proposes mais avec l’intervention de Michel Onfray qui était un vrai cas d’école sur tout ce qu’il ne faut pas faire en journalisme ! (http://ca-se-saurait.fr/2015/09/21/salame-moix-et-onfray-sont-sur-un-bateau-ou-la-bien-pensance-et-la-simplification-a-outrance-dans-le-journalisme-moderne/)

  12. Cet article a exorcisé la haine que je n’arrivais pas à exprimer suite à cette « interview » de Natoo (qui me fait bien marrer au passage). Ruquier et sa bande viennent une fois de plus de prouver que la télé telle qu’on la connait aujourd’hui est vieillissante, dépassée, has-been… Cette interview résumé toute la condescendance et l’ignorance de ceux qui y travaillent… Je les met pas tous dans le même panier mais ils doivent être nombreux. Ou alors est-ce qu’ils ne font pas semblant de ne rien y connaître et qu’ils essayent juste de dénigrer les youtubeurs par peur de se faire bouffer dans les années à venir?

    Bravo à Natoo d’avoir su garder son calme face à cette bande de @#!$*, mais je suis vraiment d’accord avec la fin de ton article : à force de bosser le plus souvent seuls chez eux les youtubeurs ne sont pas très à l’aise en plateau et manquent un peu de répartie face à ce genre de personnes. Mais est-ce vraiment nécéssaire…

  13. Hello ! Oh ça m’a donné l’occasion de voir la vidéo, je n’en avais pas entendu parler.
    J’aime beaucoup Natoo elle est très optimiste, et elle a du talent. J’avais vu le grand journal avec Cyprien et Squeezie et encore hier avec Normal. Ce ton condescendant que les journalistes emploient sans arrêt devient fatigant. Je n’ai même plus le courage de regarder les reportages car à chaque fois on connait leurs questions d’avances, toujours essayer de minimiser le travail de ces artistes.
    Bonne soirée!

  14. J’ai voulu tout arrêté à 6 minutes, j’en pouvais plus. Mais j’ai continué. Le seul un peu cool est Patrick Timsit qui lui se rappelle peut être encore de son parcours et de ce qu’il à du trimer avant de devenir célèbre.

    J’ai juste envie de baffer l’équipe et surtout Ruquier (que j’aimais déjà pas avant!) et Léa Seydoux (?). Déjà La pauvre Natoo n’a pas su s’exprimer, elle est coupée tout le temps et puis, ou est la promotion de son livre??? si on en parle 5 minutes c’est beaucoup! Les questions sont condescendantes, on lui reproche les travers de YT alors qu’elle n’y est pour rien (Reproche-t-on à Marc Zukenberg les dérives de FB??? Non!) Contrairement à ce qu’on pense, tout le monde ne réussi pas sa vie sur YT et généralement, si ça arrive, ça prends du temps!

    Le coup des vues avec des robots m’a achevée… Je sais qu’il y a des spam bot mais pour les vues, je ne crois pas que ça existe encore. Maintenant, il y a des gens qui se trompent parfois en cliquant mais ça « justifie » pas le nombre de vues. Et puis ils y a tout ceux qui ont Adblock… Et puis il n’y a pas que le nombre de chiffres, il y a surtout le retour des gens!

    Ce procès de YT par des gens qui ne comprennent pas et ne veulent pas comprendre est fatiguant et énervant. Le problème c’est que c’est comme ça pour la plupart des émissions qui reçoivent des « ovni » de YT. Et puis… pourquoi on est obligé que YT soit un passage avant autre chose? Contrairement à la télé, YT ne virent pas les gens quand ils sont « trop vieux », l’image n’est plus primordiale! Et puis Natoo…vieille? Fichtre! A 30 ans on a encore toute la vie devant soi, Ruquier chose que tu as oubliée et que oui, il y a des jeunes… mais il y a eu ceux qui ont commencer avant… et on peut même commencer à faire des vidéo à 25 ou 30 ans, contrairement à la tv ou on presque périmé à ces âges-là.

    Bref, tu viens de me rappeler pourquoi je ne regarda pas ce genre d’émissions et pourquoi je regarde de moins en moins la TV excepté pour voir des reportages intéressants (comme Des racines et des ailes!)

  15. Amélie says

    J’ai regardé cette vidéo et j’ai pensé tout pareil. Du coup j’ai cherché un article qui mettrait des mots sur ma pensée, et je l’ai trouvé, merci.
    La vidéo de Natoo dans On est pas couché fait 10 fois plus de vues que toutes leurs autres vidéos, peut être qu’ils vont comprendre. Ou alors ils sont juste trop cons… Je sais pas.
    Je suis consternée devant tant de bêtise. Ce genre d’extrait de la télévision me rappelle pourquoi je ne la regarde plus. Ahlala…

  16. Jeananas says

    Je ne pourrais pas être plus d’accord avec ton article! J’ai visionné cette interview il y a quelques semaines, et j’ai été vraiment dégoutée du traitement qui a été fait à Natoo. On peut le dire, ces journalistes là on voulu l’humilier! Je suis très particulièrement en colère par rapport à ces comportements hautains, dédaigneux! Surtout de Laurent Ruquer et Léa Salamé: ils se prennent pour des rois, franchement, je ne remets pas en cause leur carrière loin de là car je n’ai pas pris la peine de me renseigner, mais leur comportement est honteux.
    Bravo pour cet article, je pense que tu as tout dit! Bonne continuation 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *