Restos
Leave a comment

Bistro Paradis, la fusion franco-brésilienne

Bistro Paradis

Bistro Paradis séduit par sa carte riche et originale mariant gastronomie française et brésilienne. Des choix audacieux, des goûts francs, une expérience gustative revigorante.

« Je n’ai jamais mangé un plat comme celui-ci ». C’est LA phrase qui fait la différence quand je vais au restaurant. Evidemment, je prends en compte tout un tas de choses comme la qualité de ce qu’on nous sert et si c’est bon (sans blague), le prix (« c’est important » dit ma banquière), le décor (ça peut venir tout gâcher), l’ambiance (ça peut carrément venir tout gâcher) et le respect de la promesse annoncée au départ (« spécialiste des pâtes et vous mettez de la crème fraîche dans les carbo ? On va pas s’entendre les gars »).

Mais pour que ça fasse tilt, pour qu’il sorte du lot, pour que j’ai envie d’y retourner, de mieux le connaître, de le présenter à mes parents, il faut qu’il me fasse un peu rêver. Il faut que 3 ans après l’avoir rencontré, je me dise encore : « ce plat de daube de bœuf, c’était vraiment une bombe ».

Et si je vous parle de ça maintenant, c’est évidemment parce que j’ai prononcé cette phrase en sortant du Bistro Paradis. Plus particulièrement après avoir goûté le porc ibérique à la fleur de sel, crumble de banane aux oignons grillés, jus corsé et mousseline de patate douce à la truffe. Rien que ça, oui. Une pure merveille.

Le Bistro Paradis, c’est quoi ?

C’est un tout nouveau restaurant ouvert en janvier 2016 dans le 10e arrondissement de Paris. A l’origine du projet, on retrouve l’entrepreneur Yoann Dinh et le chef Alexandre Furtado. Et c’est à travers le parcours de ce chef que l’on comprend mieux la carte du Bistro Paradis. Brésilien, Alexandre Furtado a fait ses premières armes en cuisine très tôt. Il a même ouvert son premier restaurant snack à 18 ans. Puis il a quitté le Brésil pour rejoindre les cuisines d’Alain Ducasse à Londres. Il a ensuite fréquenté plusieurs maisons en Angleterre et à Paris, avant de monter le projet Bistro Paradis avec Yoann Dinh.

L’idée de base du bistro, c’est de proposer une cuisine « fusion », c’est à dire marier intelligemment les recettes françaises et brésiliennes. Le tout avec une prétention bistronomique et une carte relativement réduite : 5 entrées, 5 plats, 4 desserts et un menu du jour.

Le Bistro Paradis, premières impressions

Si on imagine le Paradis comme un lieu plein de quiétude, on peut dire que la rue de Paradis porte assez mal son nom. Hyper fréquentée par les piétons comme les voitures, il y a du mouvement.

Du coup c’est plutôt agréable de rentrer dans le Bistro Paradis, qui lui, mise plutôt sur une ambiance calme et zen. Derrière la grande vitre de la façade, on oublie le bruit de la rue.

C’est plutôt joliment décoré. Ou plutôt joliment épuré. De grands panneaux habillent les murs et cachent en partie de grands tableaux. Franchement, j’avoue que j’ai pas compris tout de suite que c’était fait exprès !

bistro Paradis

Crédit photo Marie Genin

Les sièges sont confortables, les tables suffisamment grandes et la disposition simple mais bien pensée : même si le resto est étroit, on mange à deux sans avoir l’impression de partager son repas avec ses voisins.

Découverte du menu

On sait ce que l’on va manger. Autant j’aime bien être surprise une fois que j’ai commencé à goûter, autant je ne suis pas hyper fan des énoncés énigmatiques qui vous vendent du rêve. Là, les descriptifs des plats sont très détaillés, c’est appréciable (et traduit en anglais).

La promesse est tenue : on retrouve à la carte des associations qui attisent notre curiosité : foie gras mi-cuit et gelée de goyave, champignons sauvages, oeufs pochés et noix de coco, cabillaud mijoté dans sa sauce façon « moqueca », et j’en passe.

A la découverte des prix, je suis plutôt agréablement surprise, mais quand même un peu partagée. D’un côté, le menu entrée-plat-dessert à 23€ à midi me semble hyper intéressant (18€ pour entrée-plat ou plat-dessert). D’un autre côté, les plats seuls coûtent entre 18 et 25€, peut-être un poil chers.

J’apprécie aussi de trouver un large choix de vins. Mais uniquement français, c’est peut-être un peu dommage. Enfin l’essentiel c’est de trouver des vins au verre accessibles, et c’est le cas (6€ le verre en moyenne).

La dégustation

Je pense que vous l’avez déjà compris en lisant l’intro : j’ai vachement aimé ce que j’ai mangé.

En entrée, j’ai choisi le carpaccio de bar relevé à la vinaigrette au fruit de la passion, coulis d’acérola, croûtons de pain de mie aux sésames.

Bistro Paradis

Bon, déjà, un petit mot sur la présentation : c’est très élaboré mais sans pourtant accumuler les fioritures inutiles. J’ai trouvé que le dressage était vraiment au service de la mise en appétit. Par exemple, là, pour une fois, j’ai trouvé une vraie utilité aux fleurs comestibles. Et globalement, ça donne vraiment envie d’y mettre un coup de fourchette.

Détail qui a son importance : les proportions entre les différents éléments du plat sont bonnes. Même si sur la photo on a l’impression qu’il y a une montagne de croûtons, en fait il y a beaucoup de poisson en dessous. L’équilibre est aussi parfait dans les saveurs : c’est délicieux, frais, surprenant, j’ai vraiment beaucoup aimé.

Ensuite, j’ai donc opté pour la fameux porc ibérique à la fleur de sel, crumble de banane aux oignons grillés, jus corsé et mousseline de patate douce à la truffe. Et j’ai adoré.

Bistro Paradis

Il se passe comme une bataille des goûts dans ce plat, mais qui au final se réconcilie en bouche. On a la douceur de la banane et des oignons qui vient se confronter à la force du jus corsé avec au milieu le porc fondant qui joue les arbitres. Incroyable. Et si ce n’était pas suffisant, la mousseline de patate douce à la truffe est là pour vous donner le coup fatal. UN.PUR. DELICE. Si je devais faire une mini remarque : je n’aime pas trop qu’on recycle la déco des entrées sur les plats. Là honnêtement la rondelle de radis n’apporte rien.

Enfin, le dessert. On m’a conseillé le pudim au lait de coco, billes de potiron confites aux épices et tuiles à la noix de coco. C’est une recette de famille du chef, un dessert auquel il est très attaché donc pas question de passer à côté.

Bistro Paradis

Encore une fois, ça aurait pu être un simple flan coco, mais non. Là, on est un cran au dessus. Déjà parce que le pudim à lui tout seul fait danser mes papilles. Egalement parce que tout les petits éléments autour lui apportent ce petit kick bien appréciable. Les billes de potiron confites aux épices, quelle merveille ! C’est bête comme tout mais diablement efficace. Et pour tout vous dire, habituellement je me tiens éloignée de la cannelle. Là, j’ai tout mangé.

Je vous glisse aussi un petit aperçu de ce qu’a mangé la personne qui m’accompagnait :

Encornets farcis au chorizo et son émulsion.

Bistro Paradis

Cabillaud mijoté dans sa sauce façon moqueca, riz basmati légèrement safrané et jambon de parme.

Bistro Paradis

Petit détail qui a son importance : on sort du bistro paradis véritablement rassasié, sans pour autant se dire qu’il nous faudrait une sieste de 3h pour digérer.

La note Oh ça va hein

Dégustation : 9/10 Pourquoi tergiverser ? C’était délicieux, original, gourmand. Que demander de plus ?

Prix : 7/10 Ce n’est pas hors de prix compte tenu de la qualité de ce qu’on mange. Mais ça pourrait être un chouilla moins cher quand même à la carte. Cela étant dit, pour se faire plaisir en amoureux, c’est un très bon choix.

Déco : 6,5/10 Alors entendons-nous bien : c’est joli, c’est propre, c’est moderne. Mais d’une certaine façon j’aurais aimé retrouver dans le décor la dualité franco-brésilienne, ou quelque chose qui évoque subtilement le paradis (pas des angelots partout hein, mais bon, une atmosphère) mais là ça m’a un peu échappé.

Service : 6,5/10 On n’a pas eu de chance. Problème de wifi du coup notre commande a pris du retard (à midi, ça ne pardonne pas). Et le serveur ne m’a pas dit que mon assiette était bouillante, du coup, j’ai failli me brûler. Je pense que tout ça est un peu exceptionnel, mais comme je note selon mon expérience, je suis obligée de baisser un peu la note. En dehors de ça, de bons conseils dans le choix des plats et du vin notamment.

Note finale : 7,25/10

Bistro Paradis
Le site
55 rue de Paradis 75010 Paris
01 42 26 59 93
Du mardi au samedi de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30
Menu midi entrée-plat-dessert 23€ (18€ entrée-plat ou plat-dessert)
Carte : entrée de 11 à 16€, plat de 18 à 25€, dessert de 7 à 8€

Repas offert par le restaurant. Critique honnête écrite en toute indépendance.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *