Restos
comment 1

Le Bistro Urbain, l’originalité dans la simplicité

bistro urbain

Derrière son allure de resto de quartier, le Bistro Urbain surprend par la cuisine inventive et savoureuse de son nouveau chef Yoshifumi Kunimoto. La grande force du restaurant ? Une formule entrée-plat-dessert à 17€ à midi. Imbattable.

Le soleil radieux qui brillait ce jour-là a-t-il influencé le délicieux souvenir que je garde de mon test du Bistro Urbain ? Peut-être. Mais il n’est pas le seul responsable. Je manque sans doute de vitamine D, mais mes papilles restent incorruptibles qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige.

C’est un établissement que je mets tout de suite dans ma liste de restaurants à conseiller quand mes potes me demandent « un resto sympa pour se régaler à midi sans que ça me coûte un bras ». Des plats simples mais originaux, traditionnels mais modernes. Bref, un entre deux savoureux.

bistro urbain

Le Bistro Urbain, c’est quoi ?

A deux pas du square Alban Satrane, là où la rue du Faubourg Saint-Denis se prolonge après avoir traversé le boulevard Magenta, on croise le Bistro Urbain. Joli établissement, jouant sur la simplicité au premier regard, avant de vous sortir le grand jeu dans l’assiette.

bistro urbain

Samuel Urbain, patron volubile du restaurant, vient tout juste de recruter un nouveau chef, Yoshifumi Kunimoto, japonais et passionné de cuisine française. Ensemble, ils ont élaboré une nouvelle carte à la fois authentique et moderne. On nous l’annonce dès la vitrine : tout est fait maison, avec des produits frais. Parfait pour un déjeuner rapide comme pour un dîner en amoureux.

Le Bistro Urbain, premières impressions

Lorsqu’on passe la porte, on découvre une salle de bistrot plutôt classique. Le grand bar trône à gauche de la pièce et donne au lieu une allure de bistrot dans son jus.

bistro urbain

Puis on remarque les détails soignés du décor : de jolies tables, une vaisselle délicate et une grande fresque blanche en relief qui court tout le long du mur.

bistro urbain

bistro urbain

bistro urbain

On prend donc place sur la banquette de laquelle on peut admirer le chef au travail, grâce à la cuisine ouverte.

bistro urbain

On apprécie beaucoup que l’ambiance soit conviviale sans pour autant devoir supporter le vacarme caractéristique de certains bistrots à midi. Le Bistro Urbain, c’est vraiment l’art du juste milieu.

La découverte du menu

D’abord, c’est tout bête, mais j’ai beaucoup aimé la simplicité graphique de la carte. C’est clair, net, précis, on comprend tout de suite les options proposées et on peut faire son choix rapidement et facilement.

bistro urbain carte

On remarque direct le point fort du restaurant : une formule entrée-plat-dessert à 17€ le midi. Difficile de faire mieux (surtout pour la qualité de ce qu’on va manger, mais ça, on ne le sait pas encore.)

Autre remarque avant d’aller plus loin : le Bistro Urbain propose des plats végétariens en entrée comme en plat. Le choix est presque aussi large que pour les plats non-végé. Un détail assez rare pour être souligné.

On découvre ensuite les plats à la carte, séparés en trois colonnes et sous un petit logo qui désigne viande, poisson ou végétarien. En terme de prix, on est plutôt dans la tranche haute des tarifs bistrot. Ça va pour le soir, mais à midi, on préférera la formule pour rester raisonnable.

La dégustation

Histoire d’avoir une idée globale de ce qu’offre le restaurant, je choisis de commander à la carte, mon compagnon ayant opté pour le menu du jour : salade d’encornets au curcuma suivi de porc caramélisé et purée et un tiramisu pour finir.

Quand à moi, je décide de tester le saumon gravelax à la betterave chioggia, les Saint-Jacques poêlées et pousses d’épinards sautées et la tarte au citron meringuée.

Première impression quand arrivent les entrées : quel joli dressage !

bistro urbain

bistro urbain

J’ai ensuite un peu tiqué sur la quantité dans l’assiette, jugée un peu faible. Mais comme me l’a fait remarquer mon compagnon, c’est finalement la dose idéale pour un repas. L’idée étant de sortir rassasié et heureux de ce qu’on a goûté, pas d’être repu comme après le dîner de Noël.

En terme de goût, j’ai vraiment aimé mon entrée. L’association entre le saumon gravelax, la betterave et les pignons de pin fonctionne super bien. Je regrette juste qu’il y ait eu un peu trop d’huile.

Les encornets au curcuma, association jamais testée, nous ont beaucoup plu également (oui, j’ai goûté dans son assiette).

Entrées simples, légères (sauf l’huile) et riches en goût, très bonne mise en bouche.

Les plats arrivent et semblent nous faire la même promesse.

bistro urbain

Les Saint-Jacques sont toujours un très bon test car une mauvaise cuisson ne pardonne pas. Ici, elles sont parfaitement poêlées. La grande force du plat, c’est d’avoir servi les Saint-Jacques avec cette sauce hyper légère, qui à la première bouchée semble avoir un goût de jus de viande. Du coup, on a la force d’une association terre-mer en bouche, c’est incroyablement délicieux. Et aussi incroyablement faux puisqu’il s’agit en fait d’une sauce à base d’un vieil alcool dont j’ai complètement oublié le nom.

bistro urbain

Sans vouloir me la jouer Top Chef, on a tout dans ce plat : du croquant avec les légumes juste passé au wok (j’imagine) ou frits sur le dessus, le moelleux de la Saint-Jacques, la douceur de la sauce. En revanche, je n’ai pas trop compris pourquoi l’intitulé parlait de pousses d’épinard sautées, puisqu’elles étaient enfouies dans la sauce.

Je n’ai goûté qu’un petit bout du plat de porc et je peux vous dire qu’il était fondant comme jamais. Même pas besoin de couteau pour le couper. La purée simple et efficace, un bon jus, bref, un parfait plat de bistrot à midi.

bistro urbain

Passons ensuite au dessert. Mon compagnon a bien aimé le tiramisu. Je ne l’ai pas goûté mais j’aurais aimé un peu plus de travail dans le dressage, qui là fait un peu cantoche en comparaison avec les plats précédents.

bistro urbain

En revanche, je n’ai pas été séduite par la tarte au citron.

bistro urbain

D’abord, parce qu’on me l’annonce meringuée, mais c’est une crème de citron qu’on retrouve sur le dessus, vraiment bizarre. Ensuite, je ne l’ai honnêtement pas trouvé extraordinaire. C’est mon dessert préféré et je suis assez intransigeante là-dessus. Elle n’était pas mauvaise, mais vraiment banale et après avoir dégusté des plats aussi bons et surprenants, ça m’a fait redescendre d’un cran.

La note Oh ça va hein

Dégustation : 8/10 J’aurais mis 9 sans l’épisode de la tarte au citron.

Prix : 7/10 La formule midi est vraiment hyper intéressante, c’est un chouilla trop cher à la carte pour mettre une meilleure note

Déco : 7/10 La salle est agréable. Il n’y a pas grand chose de plus à dire !

Service : 7/10 J’ai trouvé le service un peu long dans la mesure où le restaurant n’était pas plein à midi. Et à midi, on apprécie généralement d’être servi rapidement pour retourner bosser. D’un autre côté, le rythme était plutôt pas mal pour avoir le temps de digérer entre les plats.

Note finale : 7,25

Bistro Urbain
Le site
103 Rue du Faubourg Saint-Denis, 10e
01 42 46 32 49
Ouvert midi et soir du lundi au vendredi
Formule midi entrée-plat-dessert 17€

Repas offert par le restaurant. Critique honnête réalisée en toute indépendance.

1 Comment

  1. La formule a 17€ est vraiment très très intéressante ! Il y a un très bon restaurant à Nancy (Le Vivier) qui fait une formule entrée, plat, dessert à 12€ tous les jours (sauf vendredi soir, samedi soir et dimanche midi) et c’est un vrai délice ! J’y vais très souvent car ce prix est imbattable, la carte change souvent, les plats proposés sont vraiment de qualité et surtout, en dehors de ce menu, les prix à la carte sont trop élevés pour ma bourse d’étudiante ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *